Les démarches relatives à la crémation - Funelior
Livraison GRATUITE
7/7j à votre écoute
Panier0

Votre panier est vide.

Lorsqu’il est question de prévoir ses obsèques, plus d’un tiers des Français aujourd’hui choisissent la crémation. Celle-ci se déroule dans un crématorium et peut être précédée ou non d’une cérémonie religieuse.

Comment préparer une crémation ?

La crémation doit être autorisée par le maire du lieu du décès ou du lieu de mise en bière si le corps a été déplacé. Il faut joindre à la demande d’autorisation de crémation :

– le certificat de décès

– la preuve de la volonté du défunt ou une demande écrite des membres de la famille.

L’incinération doit intervenir au plus tard 6 jours ouvrables après le décès (des dérogations sont accordées lorsque le décès est intervenu hors de métropole).

 

Au moment de la crémation, les proches et la famille sont invités à se recueillir une dernière fois devant le cercueil. Une brève cérémonie avec lecture de textes et musique dédiée peut être organisée par les professionnels des pompes funèbres pour adoucir les adieux.

 

Après la crémation, les cendres sont recueillies dans une urne sur laquelle est fixée une plaque portant l’identité du défunt et le nom du crématorium.

 

Quelle destination pour les cendres ?

– l’urne peut être placée dans un monument cinéraire (monument individuel ou columbarium), ou inhumée dans un monument funéraire ou encore scellée sur ce dernier s’il est situé dans un cimetière ;

– les cendres peuvent être dispersées en pleine nature (en forêt, en mer, dans le ciel mais hors voies publiques) ou sur un site cinéraire (jardin du souvenir) ;

– l’urne peut être inhumée dans une propriété privée (sur autorisation préfectorale).

Si le défunt n’avait pas exprimé son souhait, les proches ont un an pour se décider. Durant ce délai d’un an, l’urne peut être conservée au crématorium.

 

Rappel : depuis le 01/01/2013 (entrée en vigueur de la loi du 19/12/2008), il est interdit de conserver une urne funéraire à son domicile.

 

Le transport des urnes funéraires

En fonction du lieu choisi pour l’inhumation de l’urne ou la dispersion des cendres, il faut envisager le transport de l’urne :

 

. Transport en France :

L’urne funéraire peut être transportée par toute personne ou être envoyée par courrier, par voie aérienne, terrestre ou maritime. Si la pratique est légale, il faut cependant respecter quelques consignes :

– s’assurer que l’urne est totalement hermétique

– choisir une urne métallique pour le transport (plus solide et plus résistante qu’une urne biodégradable)

– bien protéger l’urne dans le colis

– ne pas mentionner le contenu du colis

– se munir d’une attestation du crématorium pour les transports aériens.

 

. Transport à l’étranger :

Il faut préalablement à l’envoi demander à l’ambassade ou au consulat du pays destinataire la liste des documents nécessaires. Généralement, sont requis :

– le certificat de décès

– la copie de l’acte de décès

– le passeport du défunt

– le certificat de crémation

– l’autorisation de transport des cendres (délivrée par le préfet du lieu de crémation du défunt ou du lieu de résidence du demandeur).

 

Quel statut juridique pour les cendres du défunt ?

La loi du 19/2/2008 réformant l’article 16-1-1 stipule que les cendres sont considérées comme un « corps ». Elles doivent donc être conservées ensemble et traitées avec décence et respect.

Envoyer une demande

    Rappelez
    moi
    Assistance
    chat